Nuit romaine

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Nuit romaineIl y a un mois, j’étais allé passer quatre jours à Rome, pour mon travail. Je suis sous-chef de produit dans une boîte d’informatique, c’est donc à moi, puisque je parle italien, qu’incombe la corvée de l’installation et de la prise en main des nouveaux logiciels, quand le client (très gros…) achète (très cher…) ce genre de service.J’ai 24 ans et je mène, depuis que j’ai trouvé ce travail (c’est-à-dire deux ans), une vie parisienne bien trop sage à mon goût : je travaille tellement que, le soir venu, je me retrouve souvent seul, devant la télé, à piquer du nez comme un petit vieux dès 9 h, pour recommencer à travailler d’arrache-pied le lendemain matin à 8 h…Il y a bien, les week-ends, quelques séances de baise avec des amies auxquelles je ne m’attache jamais, complètement obsédé que je suis par le boulot… Enfin, je me dis que je suis jeune, que j’ai la chance d’avoir un travail intéressant et super bien payé, et que la priorité, c’est de consolider cette situation avant d’arriver à un poste où je pourrai commencer à faire bosser les autres plutôt que de bosser moi-même ! La rigolade, on verra plus tard…N’empêche, qu’est-ce que je fais, quand je ne parviens pas à m’endormir, le soir, la queue raide, et qu’il n’y a pas une bonne âme (ou plutôt un joli con…) pour me soulager ? Les putes ? Pas le temps et puis je ne vois pas pourquoi je paierais pour quelque chose que je n’ai jamais eu de mal à obtenir gratuitement… La branlette ? tristounet, non ? Les amies style “sapeur-pompier”, toujours prêtes à éteindre les incendies ? encore faut-il en connaître et qu’elles soient disponibles au bon moment… Enfin ne nous plaignons pas, quand on pense à ce qui se passe dans le monde…Donc, je me promenais ce soir-là dans le quartier de la place d’Espagne, enfin débarrassé jusqu’au lendemain de mes obligations professionnelles et à la recherche d’une bonne fortune. Je connais bien Rome pour y être allé de nombreuses fois, et je peux vous dire que c’est la ville idéale pour le dragueur en quête de gibier, mais à condition de se “contenter” des touristes. Les Italiennes, vous ne les verrez que si vous êtes introduits dans le milieu de la société romaine, assez fermé.Mes goûts en matière de sexe ? Jusqu’à une date toute récente, hétéro exclusif, mais güvenilir bahis depuis pas plus tard qu’hier soir, à la suite d’une scène à laquelle j’ai assisté par hasard, je commence à me poser des questions…C’était à la fin de ma première soirée romaine, j’étais rentré à mon hôtel après avoir vainement tenté de trouver chaussure à mon pied en me promenant durant deux heures dans les rues encombrées de touristes. Comme je vous l’ai dit, la drague, ça marche relativement bien à Rome, mais ce soir-là, rien à faire, chou blanc sur toute la ligne…Me voilà donc au lit, déçu et solitaire. Vers 1 h du matin, je suis réveillé par des gémissements caractéristiques qui viennent de la chambre d’à côté, qui communique avec la mienne par une double porte : mes voisins sont en train de s’envoyer en l’air… Moi qui étais déjà plutôt morose, je n’avais vraiment pas besoin de ça… Impossible de me rendormir, la fille commence à pousser de vrais cris de bête en rut, tellement forts que je me demande si les portes communicantes sont bien fermées… Je m’approche, entrebâille la porte qui est située de mon côté, pour constater que la leur est effectivement restée grande ouverte : j’ai une vue imprenable sur le lit de leurs ébats, ô combien mouvementés !Une superbe brune au cul épanoui chevauche un grand noir dont j’aperçois la bite, grosse et luisante de mouille, qui coulisse dans le con distendu de sa cavalière… Le contraste entre la peau laiteuse de la fille et l’ébène du corps du black est saisissant. Difficile de rester insensible à ce genre de spectacle : je sens ma queue qui se raidit et se déploie en quelques secondes. La fille, complètement déchaînée, crie son plaisir :— Ah ! qu’est-ce qu’elle est grosse, ta queue ! Vas-y, bourre-moi bien, n’aie pas peur, va bien au fond !Je vois la main du noir qui se dirige vers ses fesses et un de ses gros doigts s’enfoncer dans l’anus brun de la fille, déjà entrouvert.— Oooooh ! oui, c’est ça, dans mon cul, dans mon cul, allez, enfonce, enfonce !!!De mon côté, je me demande si je ne vais pas partir tout seul, sans me toucher, tellement cette scène m’excite. Ma queue est dure comme du bois.— Aaaah ! j’ai tellement envie que tu m’encules avec ta grosse bite… putain, mais je sais pas si elle va rentrer, elle est énorme türkçe bahis !Elle se dégage de la bite qui la pénètre, se retourne et se ré-enconne dessus, présentant ses fesses, pour que son amant puisse en même temps lui élargir de trou du cul, à présent plus commodément à la portée de ses doigts… Ce qui me permet maintenant d’apprécier ses seins magnifiques, assez gros mais très fermes, qui ballottent à chacun de ses mouvements… Je ne vois plus à présent ce que font les doigts du noir, mais les commentaires de la fille me permettent d’imaginer ce qui se passe :— Vas-y, élargis-moi le trou, n’aie pas peur, j’en ai vu d’autres, j’adore ça… Oui, c’est ça, trois doigts maintenant… J’ai pas de vaseline, mais att**** ma crème de nuit qui est sur la table de nuit, ce sera aussi bien…La fille ressort et enduit à son tour la grosse queue de crème, la tartine copieusement, en profite pour lui masser les gros sacs qui lui tiennent lieu de couilles. La bite est superbe, longue, épaisse, bien cambrée, surmontée d’un gland large qui la coiffe comme un gros champignon. Et je m’aperçois que mon désir vient autant de cette queue magnifique qui se prépare à un enculage magistral que du corps superbe de la fille… Je ressens très clairement que mon anus a envie de cette queue, que j’adorerais qu’elle me pénètre : il suffirait que je m’enfonce un doigt dans le cul pour que je parte…C’est au tour du noir de prendre l’initiative des opérations :— Allez, mets-toi à genoux, présente-moi bien ton cul : tu voulais te faire enculer, eh bien tu vas être servie, tu vas voir comment je traite les grosses salopes qui aiment se faire sodomiser, tu vas t’en souvenir pendant longtemps, de ma queue, c’est moi qui te le dis !!!La fille se met en position, les fesses le plus haut possible, et enserre de ses bras l’oreiller, en souriant de plaisir à l’idée de ce qui l’attend. Le grand black est monté sur le lit et dirige son énorme chibre vers l’anus déjà ouvert de la demoiselle. Il présente le gland et pousse énergiquement pendant que la fille att**** les globes de ses belles fesses à pleine main pour les écarter au maximum. Lentement, la queue rentre, le gland a l’air d’être passé… Il ressort complètement avant de se renfoncer pour aller un peu plus loin, ce qui me permet, güvenilir bahis siteleri au passage, de voir l’anus qui reste complètement ouvert, comme dans un “O” de surprise et de déception…Moi, c’est bien simple, je n’en peux plus, j’ai l’impression de ressentir moi-même, dans mon anus, passer la grosse bite. À peine la queue, maintenant rentrée à fond, commence à limer l’anus dont je vois la bague se dérouler et s’enrouler souplement autour du pieu qui la pénètre, que j’éjacule, sans avoir besoin de me toucher ! Je pars tout seul ! Deux doigts dans mon anus, et je vois mon sperme jaillir jusqu’au milieu de la pièce de mes voisins… Heureusement qu’ils sont trop occupés pour s’en rendre compte…La fille prend un pied phénoménal :— Putain, qu’est-ce que c’est gros ! C’est génial ! Allez, fais-la glisser doucement, que je la sente bien… Oooooh putain, c’est bon !!! Ouiiiiii ! Vas-y, plus fort, maintenant… mais plus fort, je te dis ! Qu’est-ce que t’attends ??? T’as peur ou quoi ? Je veux la sentir à fond !Le noir pistonne à présent la fille sans retenue, il la défonce carrément, faisant complètement ressortir sa bite à chaque fois avant de la renfoncer puissamment dans un bruit de succion obscène.— Aaaaah, je vais jouir, je vais jouir, continue comme ça, vas-y, ne te retiens pas, envoie-moi toute ta purée dans mon cul de salope ! Oooooh, je pars !!! Arghhhhhhhhh !Mais le noir ne l’entend pas de cette oreille, dès que la fille a eu joui, il décule et présente son membre toujours complètement bandé et gluant de crème devant le visage de sa partenaire qui l’avale goulûment, pompant avec ardeur la bite qui sort de son cul, jusqu’à ce que son amant éjacule dans sa bouche et sur son visage une purée abondante, épaisse, crémeuse, qui sort en longues et puissantes giclées. À la fin, elle reprend en bouche la bite, avale avec un plaisir évident le sperme qui en sort encore de façon sporadique, et suce pour finir le gland comme un gros bonbon… Les deux amants s’écroulent sur le lit, épuisés.Je regagne le mien, troublé par les nouvelles sensations que je viens de découvrir. Pas besoin de vous dire que j’ai dormi de manière plutôt saccadée… Impossible de me concentrer correctement le lendemain sur mon travail, l’image de cette nuit m’obsède tout le temps et, loin d’être calmé, je ne pense, une fois libéré du boulot, qu’à trouver une partenaire.Cette fois, la chance devait me sourire, mais de manière plutôt inattendue, qui devait combler mes désirs au-delà de mes plus secrètes espérances…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın