[Vu sur le Net] Le séminaire 3

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bbw

[Vu sur le Net] Le séminaire 3Le séminaire (ou Jenna, l’allumeuse en bottes) (3) « Tu sais que tu es super bandante en bas et bottes, le cul et la chatte à l’air ?! Et j’ai envie de te voir comme une chienne, avant de te prendre comme une chienne ! »Là-dessus, je l’att**** sans douceur par son fin poignet et la tire jusqu’au canapé, la forçant à se courber sur le dossier. Je lui ordonne de se pencher jusqu’à poser ses mains sur le haut du dossier, de se cambrer au maximum et d’écarter les jambes à 30°J’ai une splendide vue sur son fessier magnifique, et je vois en dessous son abricot bien fendu… et bien ouvert !Il bave, je vois ses lèvres gonflées et les filets de mouille qui pendent comme des stalactites, ses seins pendouillent piteusement…« Tu aimes t’exhiber, hein, salope ?! Ta chatte te trahit ! Si tu te voyais avec tes nichons qui pendent piteusement vers le bas comme des obus… Dommage que je n’ai pas mon martinet, je les aurais fait danser en cadence, au rythme de tes hululements… Mais tu ne perds rien pour attendre.Ah tu ne fais plus la fière, là, comme ça ! Tu ne fais plus ta petite allumeuse, qui m’excite en exhibant son décolleté ou le haut de sa cuisse et ne risque rien ! Il n’y a plus personne avec toi, on n’est plus dans une broîte de nuit ou au restau, et tu ne pourras plus te cacher derrière personne après m’avoir foutu la gaule ! »J’ai envie de la saillir comme une chienne. Je m’approche. Deux de mes doigts caressent cette tirelire qui est comme une invitation obscène : elle est gluante comme jamais. Je masse les muqueuses lisses et soyeuses, je sens l’orifice du sexe tout arrondi qui n’attend plus que ça !Alors j’approche mon dard qui n’en peut plus, le gland tendu, arrondi et gros comme une balle de golf se positionne à l’orée de la chatte… Je caresse, je titille, j’agace les bords de l’orifice avec la tête de mon nœud, elle soupire, gémit… Elle crève d’envie de cette possession qui ne vient pas.Je pose mes deux mains sur ses reins, juste au-dessus du débord des hanches, elles se referment sur sa taille…° ° °Je proteste un peu car je ne veux pas être une salope que l’on tringle facilement :« Oh non je ne peux pas… Ohhhhhhh… je suis mariée… Aaahhhh mmmmmm que fais-tu… ? Ouuuuu »Il glisse ses doigts et commence à sentir ma chatte pulser sur eux. Je tremble d’excitation. Je ne sais plus où je suis ni ce que je fais. Il se met bien derrière moi avec un peu de recul. Poussant sa grosse verge en avant il écarte mes lèvres. Je laisse échapper un petit cri. Puis il pousse plus loin en moi. Son gland est absorbé par ma chatte mais il sent que c’est étroit. bahis firmaları J’émets un petit pleurnichement et mes mains serrent le tissu du dos du canapé.Il pousse encore plus dans ce tunnel étroit, doux et humide. Je sens ma chatte serrer sa grosse bite et il comprend que je n’ai pas l’habitude de ce genre de pénétration. Je couine et pleurniche : « Aiiie… c’est gros… Ouuuuu… ça ne rentrera pas… Aiiiieee »° ° °« – Oh mais tu es serrée comme une jeune fille ! C’est pas possible, il ne doit jamais te baiser ton mari…! J’ai l’impression d’enfiler une pucelle…Hummm qu’elle est bonne ta chatte… ! hmmmm »Je prends mon temps et la possède à longs coups de reins souples. Mes mains affirment son emprise sur son bassin en amphore, elles se promènent sur ses cuisses satinées.Elle m’excite avec ses bottes…! Je la relève sans cesser de la besogner de bas en haut, je la saisis par les seins… Mes mains puissantes les broient plutôt qu’elles ne les pelotent, pressent les mamelons entre pouce et index, vicieusement, presque méchamment.Elle m’excite tellement, je lui murmure près de l’oreille, les dents serrées :« Je vais te partouzer, je vais faire de toi ma petite pute ! Bonne petite salope qui faisais tellement la hautaine, la grande dame… t’as plus la même allure maintenant, à poil et en bottes en train de te faire travailler au corps, ta chatte dilatée et saillie par la queue d’un dominateur ! Parce que je suis un dominateur, au cas où tu ne l’aurais pas compris. Je vais t’humilier, je vais faire de toi une vraie serpillère, je vais t’essorer les seins jusqu’à ce qu’ils te tombent sur le ventre… Je vais faire de toi une soumise obéissante et docile, une salope qui mouillera en permanence et frottera sa chatte en feu sur tous les coins de table pour réclamer sa mise au mâle, me suppliera pour que je l’enfile ; je vais te traiter comme une chienne en chaleur, que tu te rendes bien compte que c’est ce que tu es, parce que tu ne te contrôleras plus, tu n’auras plus ni pudeur ni retenue ! »Je suis emporté par mon excitation, et mes paroles dépassent ma pensée, mes habitudes d’homme bien éduqué et respectueux… Mais moi non plus je ne me contrôle plus et c’est l’homme en rut, la bête avide de femelle qui s’exprime. J’en bave presque de rage.Ses bottes m’excitent et j’ai envie de les mettre en valeur. Alors, brièvement je sors de sa chatte, ma main gauche la saisit par la nuque, la maintenant d’une main ferme (comme un grand fauve qui att**** ses petits par la peau du cou), et de la main droite je me mets à la fesser d’une main leste : surprise, elle pousse des cris aigus kaçak iddaa !Ses hémisphères sont souples et élastiques, ils claquent bien et ma main rebondit avec des bruits secs ; c’est un vrai plaisir de fesser un cul pareil !Je l’entraîne vers le divan, j’ai envie de la baiser les pattes écartées, les jambes en l’air et ses bottes sur mes épaules, et de bien mater sa petite gueule de pute, la fixer dans les yeux, me régaler de la vue de sa chatte et de ses bons gros seins pendant que je lui démonte sa connasse à grands coups de queue !° ° °Il me dépose les fesses sur l’accoudoir du canapé. Le torse vers le bas et les jambes bien en l’air. Sans me demander mon avis il place chacune de mes jambes sur ses épaules. Mes bottes sont de chaque côté de sa tête.J’ai voulu jouer la femme sexy avec mes bottes et mon porte-jarretelles. Maintenant voici ce qui se passe. Sa grosse verge est posée contre mes lèvres. Lentement il pousse. Mes mâchoires sont serrées et mes mains agrippent les côtés du canapé.« Oh non ça ne peut pas… Ahhhhhhhh ! » Il pousse lentement jusqu’à ce que chaque centimètre de sa bite massive soit en moi. Il sent ma chatte se serrer comme prise de spasmes. Les mini-orgasmes me rendent folle. Cela ne m’était jamais arrivé avant. Il commence à me bourrer en sortant presque entièrement de ma chatte avant de rentrer d’un grand coup de reins en moi.Il me possède et brise ma volonté de résister. Je suis complètement à sa merci. Les yeux révulsés je suis sa proie.Ses grognements de mâle en rut se mêlent à mes couinements de femme mûre détruite.° ° °« Hummm quelle bonne salope, et encore si serrée à ton âge… Regarde-moi ! » lui ordonné-je.Elle a les yeux à demi-fermés, et je me demande si c’est de honte ou de jouissance… ou les deux à la fois.Elle fixe dans mes yeux un regard désespéré, un regard de bête affolée.Mes mains se ferment sur ses cuisses rebondies, gainées de nylon, et ça décuple mon excitation ! Je lui assène des coups de bélier, sortant presque entièrement de sa chatte à chaque fois pour repartir à l’assaut de son corps, défonçant littéralement son utérus de ma grosse queue… si ça continue je vais ressortir par sa bouche !Je lui lève les jambes, soulève son bassin, me redressant, sans cesser de la limer. Ah comme j’aimerais la baiser attachée, cette salope ! Suspendue par les bras et les jambes et la faire osciller, la faire se balancer comme un battant d’horloge, et se faire empaler sur ma queue, l’embrocher… comme un jambon, aussi vulnérable et sans défense.Ses fesses sont dans le vide, d’une main je lui claque le cul, trois-quatre claques qui résonnent sèchement kaçak bahis et la font gueuler. Je la maintiens en prenant ses cuisses à bras le corps, la maintenant contre mon thorax de ma main gauche, et je lui intime de sucer mon index droit. Elle s’exécute.Alors sans cesser mes mouvements de reins qui la besognent à grands coups de pine, je glisse mon doigt entre ses fesses, trouve sa petite rondelle et force le petit trou… HMMMM il est bien serré ; sa petite rosette résiste, mais elle doit céder sous la pression, et j’enfonce d’une seule poussée mon index… Elle se prend mon doigt dans le cul, jusqu’à la garde !° ° °A ce stade je ne suis plus moi-même. Ces grands coups de bite épaisse et longue m’ont détruite. Je crie, je gémis je me tortille. Les décharges électriques qui parcourent mon corps font que je me tends comme un arc avant de me détendre à nouveau. Le plaisir intense a remplacé la douleur de la pénétration. Je laisse échapper des mots incohérents. Il tient mes jambes au niveau des chevilles au travers des bottes en cuir souple. Son doigt commence à pénétrer mon anus. Je suis trop partie dans ma jouissance pour le retenir. Je reprends un peu connaissance et le regardant dans les yeux je dis :« Oh mon dieu. Tu me ravages, Ahhhhrrrrggggh tu me détruis. Plus vite ! »Il commence à prendre un rythme régulier et ma chatte fait des bruits de succion. Je commence à me calmer et je couine seulement en l’encourageant :« Oui comme ça, oh oui oh oui. Ohhhh c’est si gros…doucement… Ah ah comme ça »Mon visage se crispe de plus en plus car un orgasme massif se prépare.° ° °Mon doigt dans le fond de son cul lui fait un effet bœuf… elle décharge, la chienne ! Cette hystérique a un air évaporé, comme si elle était dans les vaps… Cette allumeuse joue à m’exciter, elle veut me faire perdre mes moyens… elle en fait un peu beaucoup.En attendant, je lui enserre ses cuisses musclées, tandis que de mon index droit je lui fouille le cul, j’essaie de l’assouplir, de l’élargir… et elle a l’air d’aimer ça, cette salope !Je commence à y rentrer un deuxième doigt, elle écarquille les yeux, les fait rouler, elle ouvre la bouche comme si elle voyait un revenant !J’arrive tant bien que mal à lui forcer sa rosette et à y glisser difficilement deux doigts : la route est ouverte !Je la besogne plus lentement, à grands coups de reins souples. Sa chatte fait des « floc floc » elle est trempée comme une garce, elle n’est plus si serrée… Il va falloir que j’explore d’autres orifices, que je jouisse d’elle de toutes les façons.Je me retire d’elle, je l’att**** par les cuisses et la soulève du canapé, l’emmène vers la peau de buffle devant la cheminée : surprise – elle ne touche pas terre – ses bras font des moulinets, elle est affolée. Je la dépose – en douceur – sur la peau, et lui ordonne :« – A genoux, salope ! »

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın